Com1

Echanger pour mieux se connaitre

 

BIENVENUE SUR COM1 10 juin, 2011

Classé dans : Non classé — isigcom1 @ 22:51

Go to fullsize image« Com1″,blog de la catégorie »jeune » s’ouvre à vous en tant que cadre d’échange entre les étudiants en première anneé de communication à l’ISIG mais aussi comme une ouverture de cette promotion à l’ensenble du monde.Nous souhaitons donc par le biais de ce blog reccueillir vos avis massifs sur l’ensemble des articles que nous publierons .

 

 

L’opposition burkinabé se rétire de la Commission électorale Indépendante

Classé dans : Actualite nationale — isigcom1 @ 22:31

Go to fullsize imageQuatre représentants des partis de l’opposition ont démissionné de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). L’opposition avait demandé à plusieurs reprises la démission du président de la CENI, Moussa Michel Tapsoba, contestant sa gestion de l’élection présidentielle de novembre dernier, qui a vu la victoire de Blaise Compaoré.

Des élections municipales et législatives doivent avoir lieu au Burkina Faso en mai 2012.

Alors que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) se réunissait pour la mise en place du démembrement en vue des élections municipales et législatives de 2012, le chef de file de l’opposition, Bénéwendé Sankara, réclamait la démission du président de l’institution. 

Au cours d’une conférence de presse, il a déclaré que ce dernier, Moussa Michel Tapsoba, était totalement disqualifié pour organiser des élections crédibles transparentes et indépendantes. 

Depuis la présidentielle de novembre dernier, l’opposition s’en prend vivement à la CENI qu’elle accuse d’avoir organisé une élection calamiteuse et catastrophique. 

Dans un entretien accordé au quotidien L’Observateur paalga, le président Moussa Michel Tapsoba rejette le qualificatif de « catastrophique », tout en reconnaissant que la présidentielle de l’an passé fut l’élection la plus difficile à organiser, depuis sa nomination en 2001*. Il avoue être soumis aux pressions de la majorité présidentielle ainsi que du nouveau Premier ministre, Luc Adolphe Tiao qui demandent sa démission ainsi que celle de tous les autres membres de l’institution. « Au nom de l’indépendance de la CENI, je ne démissionnerai pas », a coupé net Moussa Michel Tapsoba. 

Une réponse sèche qui a amené ce mercredi 8 juin l’opposition à annoncer son retrait de la commission électorale nationale indépendante. Quatre membres sur les cinq qu’elle compte dans la Commission ont effectivement démissionné.

La CENI burkinabè compte 15 membres: cinq représentant la majorité, cinq l’opposition et cinq la société civile.

La CENI** a été installée en septembre 2001. Le mandat de Moussa Michel Tapsoba, qui la préside depuis son installation, s’achève en septembre 2010.

Le Burkina Faso est en proie à une succession de mutineries militaires depuis le mois de mars 2011.

 

 

Les réfugiés syriens sous bonne garde en Turquie

Classé dans : Actualite internationale — isigcom1 @ 22:24

Go to fullsize imageIl y a trois mois jour pour jour ce mercredi 15 juin 2011 la révolte en Syrie venait de débuter, violemment réprimée par le régime de Bachar el-Assad. Plus de 1 200 personnes ont été tuées dans les violences selon l’ONU, l’offensive de l’armée syrienne contre la rébellion continue et le nombre de Syriens fuyant les violences ne cesse de s’accroître. D’ores et déjà 8 500 réfugiés sont arrivés en Turquie dans des camps où plusieurs ONG n’ont pas été autorisées à pénétrer.Les autorités turques tentent, tant bien que mal, de s’adapter au flux de réfugiés et ont envoyé des militaires en renfort ces derniers jours.

Pour tous les Syriens qui passent la frontière, la procédure est la même : ils sont récupérés par les gendarmes turcs, postés tout le long de la ligne de démarcation. Les réfugiés en bonne santé sont conduits dans un des quatre camps du Croissant-Rouge, installés à proximité, et les malades et les blessés sont conduits dans différents hôpitaux de la région.

Une fois en Turquie, pas question pour eux de poursuivre leur route. Ils sont fichés par les autorités. Ils ne sont pas autorisés à sortir, sauf s’ils souhaitent rentrer en Syrie.

A l’intérieur, la prise en charge est totale. Le Croissant-Rouge turc dit pouvoir servir 10 000 repas par jour. L’accès au camp est totalement verrouillé. Des policiers et des gendarmes montent la garde à l’intérieur. Des bâches ont même été dressées sur les grillages, pour empêcher les journalistes de filmer ou de parler avec les réfugiés, qui pour la plupart viennent de Jisr el-Choghour.

Plusieurs ONG dont Amnesty International se sont vu refuser l’accès au camp, comme si les autorités turques voulaient empêcher que les témoignages n’en sortent.

 

 

Cote d’ivoire: Des cas de choléra à nouveau détectés à Abidjan

Classé dans : Actualite internationale — isigcom1 @ 22:16

Environ 25 cas de choléra ont été repérés au cours des six dernières semaines. Environ 25 cas de choléra ont été repérés au cours des six dernières semaines.

Des cas de choléra ont à nouveau été détectés dans certains quartiers d’Abidjan, faisant craindre une reprise de l’épidémie qui s’était déclenchée dans la capitale économique au cours des derniers mois, a indiqué mardi l’ONG Action contre la faim (ACF).

Au cours d’une conférence de presse à Paris, des responsable d’ACF, dont son chef de mission en Côte d’Ivoire, ont précisé qu’au cours des six dernières semaines environ 25 cas de choléra ont été repérés dans différents quartiers.

« Pendant la crise et les affrontements, les mouvements de population ont été fortement réduits, ce qui a sans doute freiné la propagation de l’épidémie », a précisé Reza Kasraï, chef de la mission ACF dans le pays. « Mais on commence à revoir des cas depuis six semaines, dans les quartiers affectés et même dans d’autres ».

Selon ACF, environ 500 cas de choléra avaient été détectés dans le pays avant les affrontements.

L’ONG, qui compte actuellement quelque 200 employés locaux et une trentaine d’expatriés, a repris ses activités de distributions de kit d’hygiène et de tablettes de purification d’eau pour tenter d’enrayer l’épidémie.

Vincent Taillandier, l’un des responsables de la région Afrique pour ACF, a ajouté: « Maintenant que l’activité économique a repris, avec le développement des échanges nous craignons une nouvelle propagation des cas de cholér »a.

« Ce qui est positif, a-t-il ajouté, c’est que les autorités ont reconnu l’existence de ce risque sanitaire et collaborent activement aux programmes de prévention ».

En janvier, l’épidémie de choléra s’était déclarée dans le quartier populaire d’Adjamé (nord d’Abidjan), faisant au moins sept morts et entraînant la mobilisation des autorités et des ONG internationales.

Le choléra est une infection intestinale hautement contagieuse. Il se manifeste par de violentes diarrhées et une forte déshydratation.

 

 
 

cclailovu |
wwwgilbox |
Mandibule-est-Hyype |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | chamcham
| TUPULAGA MO FINEMUI O HAHAKE
| p'tin ils sont compliquer